- 00:03:02

Quand Horace Mc Coy écrit «On achève bien les chevaux» en 1935, il s’inspire des marathons de danse qui fleurissaient pendant la période de dépression aux États Unis. La mise en scène de Michel Kacenelenbogen, bien que basée sur la même histoire, nous renvoie plutôt à notre époque, à la crise que nous connaissons, aux excès médiatiques de la télévision et à notre seuil de tolérance face à tout cela.

Au Théatre le Public jusqu’au 20/6
www.theatrelepublic.be